FANNY de Belgique

Mise à jour de mon chemin. (Mars 2005)

En avril 2005 j'entamerai pour la 4ème fois un bout du chemin de ST.Jacques de Compostelle.

1° en 2002 Camino francès, de St.Jean Pied-de-port à Santiago de Compostelle 765 km.

2° 2003 La Via Tolosana, de Arles à Puente la Rena 830 km.

3° 2004 Camino Portugués, de Porto à Santiago de Compostelle 245 km.

4° 2005 La Via Podiensis, du Puy en Velay à St.Jean Pied-de-port 763,9 km

Tous ces chemins sont différents, et valent la peine d'être parcourus.

Certains ont des tronçons de parcours plus beaux que d'autres, mais c'est avant tout

une expérience enrichissante et intéressante à tout point de vue.

Mon premier camino m'a aidé à retrouver une paix intérieure, à soulager ma peine et mon esprit.

A la fin de ce périple, malgré la fatigue et la douleur de certains jours je savais que l'année

suivante j'entreprendrais un autre camino jacquaire.

En plus j'ai la chance et l'avantage que mon mari me suit avec son mobilhome.

Il m'attend tous les soirs près du refuge ce qui me rassure et me permet d'être certaine où passer ma nuit.

Me voilà prête à prendre le départ pour une nouvelle aventure....

On me demande souvent pour quelles raisons je fais cela ?

Elles sont diverses :

Cela me procure une joie et un bonheur intérieur.

J'aime marcher seule sur le camino, cela me permet de m'isoler, de méditer et de prier.

Le chemin me détend par rapport au stress quotidien du monde dans lequel nous vivons.

Je découvre, parcoure à travers villes, plaines et montagnes la beauté du chemin.

On rencontre sur le chemin des pélerins de tous continents.

C'est instructif et très enrichissant.

C'est également un sport très physique.

Je peux tester et j'apprends à connaître mes limites

C'est sain et c'est un excellent moyen pour garder la forme.


Voilà pourquoi je me sens si bien sur le chemin !

 

 

Mi-septembre 2002 je pris le départ. Les 4 premières étapes furent pénibles, mais tout m'encourageait à poursuivre le chemin seule. Mon mari suivait en motorhome d'ou l'avantage de savoir où dormir le soir. Ce fut une expérience unique, j'avais oublié que la nature était si belle. Il y avait tant de belles choses à découvrir,  je me  demandais pourquoi certains pays se font la guerre. La terre est si belle et nous ne sommes que de passage ici-bas. Love & Peace. J'ai marché pendant 27 jours pour arriver à Santiago,
Sur le chemin, à El Burgo Ranero, j'ai rencontré 2 québécois charmants Claude et Lucie. Le lendemain j'ai à nouveau soupé avec eux au resto Las Delicias à Mansillas de la Mulas. Claude était médecin et Lucie infirmière. Comme nous ne marchions pas à la même cadence, je les ai perdus de vue à Leon.  A Santiago, j'ai attendu 2 jours avec l'espoir de les voir arriver mais sans succès.
Mon plus grand souhait serait de pouvoir les retrouver. Ils habitent le Québec  mais je connais malheureusement  que leur prénoms, et j'ignore où ils se sont inscrits pour la crédencial. Merci à ceux qui veulent bien m'aider à les retrouver.